AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 « et toi ça te faire rire de voir qu’il n’en est qu’un qui pourra s’en sortir » une heure vingt.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Narcisse

avatar




Messages : 2162
Date d'inscription : 18/08/2010
Ville : Paris

Mon profil
Cagnotte: 0 €
Mes relations:
Secret:
0/100  (0/100)

MessageSujet: « et toi ça te faire rire de voir qu’il n’en est qu’un qui pourra s’en sortir » une heure vingt.   Mer 15 Déc - 3:06

Après quelques heurts ça et là, et toujours pour mon plus grand déplaisir, j’avais échoué non loin du bar. Quoi que. J’avais plus exactement fui. J’avais fui lorsque, dans un geste maladroit (providentiel, auraient dit certains), mon regard s’était posé sur la silhouette de Camille. Elle m’avait vu, j’en avais tout à fait conscience, mais cela ne m’avait pas empêché d’aller immédiatement à la toute opposée. Sur le moment, et après m’être affecté d’un ascenseur émotionnel passablement sadique, il y avait une poignée d’individus que, clairement, je ne souhaitais pas voir : Cléo, mes géniteurs et elle. Et pas forcément dans cet ordre, au demeurant. C’était dire comme Camille était la dernière personne que je pensais croiser, et, surtout, que je voulais croiser.

Ne serait-ce que pour la façon dont on s’était quittés, Camille et moi n’avions, de mon point de vue, plus rien à se dire. Elle avait fait un choix, et ce droit lui appartenait. Pourtant, j’entendais bien le lui faire assumer et, par là, je ne souhaitais guère avoir quoi que ce soit à faire avec elle. Honnêtement, j’étais pratiquement sûr… qu’elle pourrait être mon seul réconfort. Mais je n’y comptais pas. Justement. Il eut été trop facile, et trop naïf, de la laisser porter de tels espoirs. Non. Avec tout ce qu’il s’était passé, depuis la révélation de mon secret jusqu’à cet ignoble baiser (quoi que le terme était ô combien relatif), je ne voyais plus Camille comme ma meilleure alliée, ici ou ailleurs. Elle avait abandonné. Elle m’avait abandonné. Et elle m’avait manqué. Elle m’avait sacrément manqué, même, lorsque l’absence de Cléo m’avait pesé comme jamais. Sauf qu’elle n’avait pas été là. Nous ne nous étions rien promis. Rien que ce triste constat : ce qui, furieusement, était né devait s’éteindre, s’était éteint, tout aussi vite. Sinon bien plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Camille

avatar




Messages : 690
Date d'inscription : 09/09/2009
Age : 27
Ville : Bastia
Humeur : No pain, no gain, no defective parts, no dirty business, no forgiveness, no broken heart

Mon profil
Cagnotte:
Mes relations:
Secret:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: « et toi ça te faire rire de voir qu’il n’en est qu’un qui pourra s’en sortir » une heure vingt.   Mer 15 Déc - 10:04


Les mains dans ses longs cheveux bruns, Camille se déhanchait au rythme infernal de la musique serrée contre sa copine. Les deux femmes dansaient sur l’une des estrades les plus hautes de la dicosthèque, enchainant des poses plus sexy les unes que les autres. Alors que l’ambiance battait son plein le regard émeraude de la demoiselle croisa celui de Narcisse. Etrangement ce dernier préféra la fuir. Intriguée, la Bastiaise utilisa le premier garçon venu pour descendre avec grâce de son perchoir, s’excusant auprès de son amie.

D’un pas déterminé elle se dirigea vers le bar, action loin d’être anodine puisque la place qu’elle choisit se trouvait précisément au centre du champ de vision de son ancien camarade. S’adressant au barmaid, elle passa commande :

« Deux verres d’eau s’il te plaît. Oui, je ne reste jamais seule très longtemps et ne me regarde pas comme ça. Il n’a compris que la moitié de la Bible ; il couche avec sa sœur mais il ne boit pas. Finalement tu sais quoi ? Ajoute un peu de grenadine, le brillant à lèvres goût fraise de Marylou ne l’a pas dérangé. Je te remercie. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Narcisse

avatar




Messages : 2162
Date d'inscription : 18/08/2010
Ville : Paris

Mon profil
Cagnotte: 0 €
Mes relations:
Secret:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: « et toi ça te faire rire de voir qu’il n’en est qu’un qui pourra s’en sortir » une heure vingt.   Jeu 16 Déc - 6:54

A tout prendre, une part de mon subconscient avait certainement souhaité que Camille vînt tout de même. Une toute petite part que je m'empressais d'ailleurs d'éviscérer, pour l'exemple. Puisque, comme à son habitude (et d'un naturel tout aussi tapageur que dans mon souvenir), ses premiers mots furent d'une poésie qui rivalisa de délicatesse avec sa plus belle prose. Personne ne parlait de vulgarité... non, absolument pas. Là, je ne pensais qu'à son génie pour avancer d'emblée, et le plus désagréablement possible, bien sûr, toutes les pensées ô combien déplaisantes que le commun des mortels - charmant qu'il est ! - se serait, bien entendu, empressé de taire, ne serait-ce que pour s'éviter de physiques représailles.

Mais pas Camille. Garce qu'elle était. « Si on peut toujours se tutoyer, Camille... va donc te faire foutre. » Nos sorties respectives de Secret Story avaient dû mettre un terme à la psychothérapie. En tous les cas, et d'une façon ou d'une autre, elle avait épuisé ma patience à son sujet. Ce n'était pas encore que j'éprouvai de l'animosité à son égard, mais, ce soir, je n'allais pas être assez bon public pour la voir faire son numéro à mes dépens. A plus forte raison parce qu'elle avait assisté à tout cela le plus extérieurement du monde ! Et pourquoi ? Parce qu'elle avait abandonné. Alors, non merci, s'agissant de me faire la leçon, elle pourrait repasser, et se garder son verre. Dans cette idée, je ramassai mon semblant de corps, imbibé de quelques centilitres d'alcool au demeurant, pour aller m'enterrer dans un recoin, nonchalamment assis. Demain, après-demain, ou dans vingt ans - tiens ! - je supporterais volontiers ses petites humeurs taquines, et provocatrices, mais, en l'état, vraiment, si elle voulait littéralement aller se faire foutre, je devrais m'en remettre tranquillement. Très tranquillement, même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Camille

avatar




Messages : 690
Date d'inscription : 09/09/2009
Age : 27
Ville : Bastia
Humeur : No pain, no gain, no defective parts, no dirty business, no forgiveness, no broken heart

Mon profil
Cagnotte:
Mes relations:
Secret:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: « et toi ça te faire rire de voir qu’il n’en est qu’un qui pourra s’en sortir » une heure vingt.   Sam 18 Déc - 11:10


Il semblerait que Narcisse ait tout entendu. Camille se mordilla sensuellement la lèvre le regardant s’éloigner. Il ne paraissait pas de bonne humeur, la jolie brune ne se demanda pas pourquoi. Désireuse de rattraper le coup, elle se leva abandonnant le barmaid et partit rejoindre son ancien camarade. Une fois à sa hauteur elle l’attrapa par le bras et répliqua :

« Je t’ai pas vu depuis deux mois et c’est tout ce que tu trouves à me dire ? T’aurais préféré entendre que je suis contente pour toi ? Ton petit monde s’effondre progressivement, à commencer par ton couple. »

La Bastiaise tenait à lui, il en était parfaitement conscient. Même si elle manquait cruellement de tact, elle partageait avec lui son point de vue dans le seul intérêt de son ami. Pourquoi réagissait-il ainsi ? Elle l’avait connu plus combatif. D’ordinaire, c’était elle qui se braquait avant de l’envoyer se faire foutre. Ce soir les rôles semblaient s’être inversés.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Narcisse

avatar




Messages : 2162
Date d'inscription : 18/08/2010
Ville : Paris

Mon profil
Cagnotte: 0 €
Mes relations:
Secret:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: « et toi ça te faire rire de voir qu’il n’en est qu’un qui pourra s’en sortir » une heure vingt.   Lun 27 Déc - 21:01

A tout prendre, j'avais bien... une bonne centaine de raisons de ne pas souhaiter lui parler, et plus encore s'il s'agissait de l'entendre débiter des évidences sans orgueil. Camille ne faisait pas que manquer de tact, elle manquait cruellement d'humanité. Et moi, depuis qu'elle était sortie... moi, j'avais changé. Je n'étais plus capable, je n'avais plus envie, de paraître au-dessus de tout, au-dessus de ça. Alors oui, qu'elle aille se faire foutre. Comme n'importe qui d'autre le lui aurait joyeusement indiqué.

« Je t’ai pas vu depuis deux mois... » Allant heurter son regard, j'eus l'ombre d'un sourire ironique. « La faute à qui, tu me rappelles ? » Elle, elle croyait peut-être, et même sûrement, que je lui avais pardonnée son abandon. Mais guère. Elle avait fait un choix. Elle l'avait assumé Et elle allait continuer de le faire. Je n'étais pas disposé à faire comme si de rien n'était. C'eut été trop facile, trop gratuit. « ...et c’est tout ce que tu trouves à me dire ? [...] Ton petit monde s’effondre progressivement, à commencer par ton couple. » Balayant son intervention d'un vaste geste de la main, j'acceptai d'ancrer mon regard dans le sien, les mots frémissant à la commissure de mes lèvres. « Ne me parle pas de ma vie, et ne me parle pas de mon couple. Tu ne sais même pas de quoi tu parles... déjà, parce que tu n'étais pas là, tranchai-je avec un agacement reclus. Je te défends de parler de Cléo, et je te défends de parler de Marylou. Si tu veux donner ton avis à quelqu'un, tu vas le faire ailleurs parce qu'ici on s'en dispense aisément. » Oui, je l'avais encore très mauvaise. « Si tu voulais un autre accueil, lâchai-je soudainement las, tu n'avais qu'à y penser avant d'abandonner lâchement... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: « et toi ça te faire rire de voir qu’il n’en est qu’un qui pourra s’en sortir » une heure vingt.   

Revenir en haut Aller en bas
 

« et toi ça te faire rire de voir qu’il n’en est qu’un qui pourra s’en sortir » une heure vingt.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Ils sont là pour nous faire rire!!!!
» Un Don pour faire rire les gens ? La bonne blague !
» Faire rire, c’est faire oublier. Quel bienfaiteur sur la terre, qu’un distributeur d’oubli ! [PV Tengoku]
» Je suis blasé. Ouaip.
» Trois bien étranges personnages [PV : Near et Elianha]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SECRET STORY :: 
 :: Archives RP :: Saison #3 :: Intérieur
-
Sauter vers: